Paris, January 1552-1553


A MADAME DE VALANTYNOYS.
[Paris, janvier 1552-1553 (?)]

MADAME mamye,

je vous suplye me tenir pour escusé, sy plus tost je ne vous
escrypt, & se quy an a esté ocasyon fet ung rume quy me
tumba sur le vysage, quy m’a fayt garder deus jours la
chanbre; et Dyu mersi, de sète heure, je me porte byen & plus
à vostre coumandemant que je ne fus jamès. Au reste je suys byen
ayse de avoyr gagné le prosès de Lymours, non pas
pour l’amour de moy, mès de vous, & me déplayt quy ne vault
dys foys davantage, & vous asure que ne saryés avoyr tant
de byen que vous an souète seluy quy vous ayme plus que luy
mêmes & quy vous suplie le tenyr an vostre boune grâse. An
vous escryvant sète letre, j’é resu des lèteres de monsyeur
de Nevers quy me mandet que ung houme l’a asuré
que, dymanche dernyer, l’anpereur s’an retourna à Tionvylle;
quoy qu’yl y est, i n’ont poynt douné d’asaut,
& faut que je vous dye que, jusques
à sète heure, les notres ont eu
toujours du mylleur & espéranse an Dyu & an Notre Dame que
l’anpereur i resevera une boune honte, &
Dyeu le veulle par sa grâce.

Je vous prye ayés souvenanse toujours de
vostre afectyouné servyteur &
n’oublyés mes patenoutres.