Love Poems

Vers a Diane
(A Poem to Diane, by Henri II)

Plus ferme foy ne ne fut onques jurée
A nouveau prince, ô ma seule prinsese,
Que mon amour, quy vous sera sans cesse
Contre le tems & la mort asseurée.

De fose creuse, ou de tour byen murée
N’a point besoing de ma foy la fortresse,
Dont je vous fy dame, roine & maystresse.
Pour ce que ele est d’éternelle durée,
Thrésor ne peult sur elle estre vainqueur;
Ung sy vil prix n’aquiert ung gentil cœur.

Non point faveur, ou grandeur de lignage,
Quy eblouist les ieus du populaire,
Non la beauté, quy ung léger courage
Peult émouvoir, tant que vous me peult plaire.
Mès quy pouroyt à moy s’aconparer,
Et sy n’estyme ryens que sa boune grâse,
Et quy faroyt mon grant heur déclérer,
Car otre chose ne veut, ny ne prouchase;

Et sy ne cryns tronperye qu’on me fase,
Estant tant seur de sa gran fermeté;
Inposyble est qun otre est don ma plase,
M’ayant douné sy grande sureté.

Hellas, mon Dyu, combyen je regrète
Le tans que j’é pertu an ma jeunèse;
Conbyen de foys je me suys souèté
Avoyr Dyane pour ma seule mestrèse;
Mès je cregnoys qu’èle, quy est déese,
Ne se voulut abèser juques là
De fayre cas de moy, quy sa[n] sela
N’avoys plésyr, joye, ny contantemant
Juques à l’eure que se délybèra
Que j’obéyse à son coumandemant.

Elle, voyant s’aprocher mon départ,
M’a dyt: Amy, pour m’outer de langeur,
Au départyr, las! layse moy ton ceur
Au lyu du myen, où nul que toy n’a part.

Quant j’apersoys mon partemant soudyn,
Et que je lèse se que tant estymè,
Je la suplye de vouloyr douner,
Pour grant faveur, de luy béser la myn.
Et sy luy dys ancores davantage
Que la suplye de byen se souvenyr
Que n’aie joye juques au revenyr,
Tant que je voye son hounête vysage.

Lors je pouré dyre sertènemant
Que, moy quy suys sûr de sa boune grâse,
J’aroys grant tort prouchaser otre plase,
Car j’an resoys trop de contantemant.

Once more a prince (oh, my only princess!)
My love for you will never cease
Resisting time and death
My faith has no need of a fortress,
A deep moat or fortified tower,
For you are my lady, queen and mistress
For whom my love will be eternal….
….Alas my Lord, how much I rue
The time I lost in my youth;
How often have I wished
To have Diane as my only love;
But I feared that such a goddess
Would not deign to stoop so low
To take notice of one, who
When denied her love,
Had no pleasure, joy, or happiness
Until the day she granted him leave
To obey her commands.

 

Poem from Diane to Henri

Voici Vraiment qu’Amour, un beau matin,
S’en vint m’offvir fleurettes très gentilles…
Car, voyez-vous, fleurettes si gentilles
Etraient garcon, frais, dispos et jeunet.

Ainsi tremblotante et détournant les yeux,
“Nenni”, disais-je. “Ah! Ne soyez décue!”
Reprit l’Amour et soudain à ma vue
Va présentant un laurl merveilleux.

“Mieux vaut”, lui dis-je, “être sage que reine.”
Ainsi me sentis frémir et trembler,
Diane faillit et comprenez sans peine
Duquel matin je prétends reparler.

This is truly how love, one fine morning,
Came to offer me sweet flowers..
For, you see, these sweet flowers
Were a boy, fresh, ready and young.

Thus trembling and turning away my eyes,
“Nay”, I say to myself. “Ah! Do not be deceived!”
Love replies, and suddenly before my eyes
Lays a wondrous laurel.

“It is better”, I told him, “to be wise than a queen”.
and so I felt myself quivering and trembling,
Diane failed, and you well know
The morning to which I refer again.