Diane’s Correspondence on Behalf of Henri

DON DE 5,5OO LIVRES.

Blois,
17 janvier [1550-1551.]

HENRY, 
par la grâce de Dieu, roy de France, à noz amez & féaulx les trésoriers de France de nostre espargne, salut & dillection. Nous voullons & vous mandons que par mes Pelegrin Diesse naguères, & Jehan Diesse à présent, receveurs ordinaires en nostre séneschaussée des Lannes & des deniers à nous deubz, tant à cause du bail à main ferme cy-devant faict à feu Jehan de Tardes, en son vivant capitaine de Mauléon de Soulle, du revenu de nostre chastellenie dudict Mauléon, que des autres deniers qui nous sont & pourront estre deubz à cause de la dicte recepte ordinaire des Lannes, tant des années passées que de la présente & autres à venir, vous faictes payer, bailler & délivrer comptant à nostre chère & amée cousine Dyane de Poictiers, duchesse ususfruitière de Valentinoys, la somme de cinq mil cinq cens livres tournois; à savoir la somme de trois mil livres tournois des deniers à nous deubz à cause dudict bail à ferme faict audict feu de Tardes du revenu d’icelle Chastellenye de Mauléon de Soulle, & le reste montant deux mil cinq cens livres tournois sur lesditz autres deniers de ladicte recepte ordinaire de Lannes, de laquelle somme de cinq mil cinq cens livres tournois, nous avons à nostre dicte cousine, en faveur des bons, aggréables & recommandables services qu’elle a cy-devant faictz à nostre très chère & très amée compaigne la Royne & espèrons que plus fera cy-après, faict & faisons don par ces présentes signées de nostre main, & ce, oultre & par dessus les autres dons, gaiges, pensions & bienfaictz qu’elle a de nous & de nostre dicte compaigne, & qu’elle a euz & pourra avoir cy-après & par rapportant ces dictes présentes par l’un desdictz receveurs & par l’autre le vidimus d’icelles faict soubz scel royal & quittance de nostre dicte cousine, nous voullons lesdictz Pelegrin & Jehan Diesse, receveurs susdictz, en estre respectivement tenuz quictes & deschargez en leurs comptes par noz amez & féaulx les gens de noz comptes, aulquelz nous mandons ainsi le faire sans difficulté, car tel est nombre plaisir, nonobstant quelzconques ordonnances, mandement, restrinctions ou deffenses à ce contraires, ausquelles ensemble à la dérogatoire d’icelle nous avons pour ceste fois, & sans y préjudicier en autres choses dérogé & dérogeons par ces dictes présentes. 

Donné à Bloys,
le dix septième jour de janvier, l’an de grâce mil cinq cens cinquante, & de nostre règne le quatriesme.
Ainsi signé : HENRY. 

Et plus bas par le Roy : CLAUSSE. 

Et scellées en cire jaune du grand scel, à simple queue de parchemin. 

Consentement de messieurs les trésoriers de France & de l’espargne.